Accueil

livres papier qui sont des guides complets sur les comportements, les soins santé au naturel, ou les solutions pour chats errants : soit 15 € ou 25 € (ventes réalisées au bénéfice de l'association)



livres électronique : 2,99 €

Le guide des amis des chats : Protection
Protection = prévention
Liberté-réalité
Missions accomplis, quelques histoires exemplaires
La infameuse "Protection animale"
Fenêtres
Securité domestique
Les chats dehors
Plan pour faire un mini Chalet à chats
Santé des chats
La loi

PROTECTION = PREVENTION : -

Pour prévenir d'un accident mortel vite arrivé, vol, perte, blessure, chute, sécurisez vos fenêtres, clôturez vos jardins,

Liberté-réalité :

La route existe et c'est une artifice tout comme les voitures ! Rares sont les rescapés secourus :

Ce chat a été trouvé sur une route par un automobiliste. Pour lui éviter d'agoniser, l'association a déboursé 500 €.
L'intervention par vétérinaire spécialiste orthopédique, les soins intensifs, les médications. On lui a réparé l'os avec une tige métallique et il a fallu 75 sutures internes.

Après une intervention chirurgicale pour rupture de diaphragme suite à une chute.
Les chats n'ont pas besoin d'aller dehors, la plupart sont parfaitement contents à l'intérieur.
Ceux qui ont leurs habitudes d'extérieur sont ravis d'avoir un territoire protégé par une clôture : voir Clôture.
C'est illégal de laisser errer vos chats hors de chez vous. Qu'est la Liberté ?
Vos chats ont-ils la liberté de jouer sans danger dehors ?
Vous voulez que les chats se sentent libres ... OUI.
Vous voulez que les voitures ne les écrasent pas ... OUI.
Et vous souhaitez concilier les deux ?
Nous ne sommes pas habilités à empêcher les automobilistes de rouler vite, ou à leur faire penser qu'un chat pourrait surgir à tout moment.
Mais nous pouvons empêcher les chats de traverser la route. OUI !
Si on les aime, on les garde dans la maison jusqu'à ce qu'ils soient stérilisés et on installe une clôture en attendant.
Je l'avais dit à une femme qui cherchait son chat puis l'a trouvé dans un fossé blessé, mais cette femme l'a laissé "juste 15 minutes, il revient toujours, il sait que nous l'aimons" beh ! y en a qui ne veulent rien comprendre !
Encore un beau chat (celui-là était blanc rayé de jaune sur la tête, et aux yeux bleu vifs profonds, aux poils duveteux courts, au caractère câlin) mort sur la route devant sa maison.

Qui m'écoute ?

Naturel ???
Est-ce naturel qu'un voisin énervé emporte votre chat à la fourrière comme animal errant pour qu'il soit tué ?
Les humains sont-ils les prédateurs naturels des chats ? Les voitures sont-elles naturelles ?
Animal originaire d'Afrique, Felis lybica domestica, le chat domestique, ne fait pas partie de la faune française !
Le chat semblait bien exotique lors de son apparition en France, il y a presque 2000 ans, l'homme existe en Europe depuis beaucoup de milleniums mais n'est toujours pas adapté pour vivre dehors comme en Afrique.
Le chat a été exporté d'Afrique par les Romains.
Les hivers européens sont meurtriers pour les humains sans moyens artificiels pour maintenir la chaleur du corps (vêtements et chauffage).
Le chat en Europe a besoin d'un abri étanche.
Il vit mieux dans un lieu chauffé en hiver.
Il ne peut pas chasser s'il a faim et dort au froid.
Le chat est un animal domestique.
Aucun mammifère sauvage poilu n'est noir et blanc, crème, blanc, argenté, bleu ou tricolore.
Le chat, comme tous les animaux domestiques, a besoin d'être nourri et abrité par l'homme.
Ceux qui ne sont pas stérilisés et protégés, sont vite affaiblis par le stress constant, tombent malades et meurent ou crèvent en essayant de donner naissance car déjà épuisées.
Adoptez un chat de l'extérieur. Un chat dehors a besoin de votre aide pour rester en vie.
Voir Rôles dans l'action de Jardins félins, Errant, Chalet-chats, Socialisation.
Si vous pensez à adopter un chat de dehors, demandez aux passants (le soir vers 18h) pour savoir s'il est sur médication ou attaché à un autre chat copain d'infortune.
S'il est seul et pleure pour la nourriture, il est égaré et a besoin d'être ôté de la rue rapidement car il serait facilement enlevé par un trafiquant.
Une histoire d'espace ?
# "J'ai le regret de ne pas avoir gardé ce chat qui m'aimait.
Je pensais qu'il serait malheureux en appartement.
Mon appartement est petit, mais, je suis triste sans chats, j'ai adopté deux chats depuis, et ils y sont très bien.
C'est le bonheur retrouvé pour moi, et je ne les abandonnerai jamais quels que soient mes problèmes.
Je remercie Jardins félins pour ses conseils de cohabitation harmonieuse : mes chats sont joyeux, enjoués et contents". Anon.
# Très nombreux sont ceux qui croient devoir se séparer de leurs chats s'ils déménagent pour un appartement plus petit.
Mais les chats ne supportent pas de perdre leur humain, ils se sentent perdus et se laissent tomber malades.
# C'est illégal de laisser un chat vagabonder en dehors de votre domicile.
De plus, dehors, les chats qui échappent à la roulette russe de la route, et s'ils esquivent les plombs des tarés de la tire, et trouvent à manger en quantité suffisante pour ne pas tomber malades, et ne sont pas volés par les trafiquants de peaux, seront victimes de la fourrière ou autres.
Les chats ont besoin d'espaces de vie privée où ils seront en sûreté et nourris.
Une bonne solution pour combiner liberté et sécurité consiste à construire un enclos pour protéger votre jardin.
Voir Jardin félin.

Soigner les chats Fenêtres, L'infameuse protection animale, Protection = Prévention, Fleas, Essentiel oils, Jardin félin, Nouvelles, avec ma clôture !, Clotures chat.

Missions accomplis exemplaires :

# Les exemples suivant montrent comment notre action prendre racine et se developpe à partir des simples bons actions d'une seule personne motivée.
# En 1996, Molly Tominack, militaire, a nourrit un petit chat afammé devant la bâtiment bureautique, puis elle s'est renseigné sur le fond du problème et instigué un effort pour aider tous les chats sans maitre sur la base militaire de 1750 ha.
En ce faisant, elle a attiré et organisé douze autres Nourrisseurs qui l'ont aidé à capturer et faire stériliser les chats de la base.
Molly a organisé les prix avec les vétéinaires.

# Une université exemplaire.
En 1989, les responsables de l'université de Stanford ont déclaré un projet d'enlèvement et d'extermination d'un groupe de 500 chats présents dans les jardins de l'établissement.
Une association de bénévoles nommée The Feral Cat Coalition a immédiatement été formée et a présenté une alternative en ce que la nouvelle association allait faire stériliser tous les chats pour arrêter leur prolifération.
Ils se sont également engagés à installer des Chalets-chats esthétiques, et à garder propre l'environnement par l'installation et le nettoyage journalier de bacs à litière.
Leur proposition a été acceptée.
Résultats : Il n'y a plus d'odeurs ni de bruits et les chats sont plus jolis.
En 1994, cinq ans après la stérilisation de tous les chats du campus, une nouvelle chatte avec quatre chatons est arrivée, ils ont été immédiatement stérilisés.
Quelques étudiants et professeurs apportent les boîtes, croquettes et litière et soignent les chats bénévolement.
"Ils ne sont pas de la vie sauvage, ce sont des animaux domestiques démunis de foyer car ils se multiplient plus vite que les humains ! ", nous explique Sharon, bénévole de Feral Cat Coalition.

# Ces laissés pour compte sillonnent les allées et jardins de nos villages et quartiers, s'abritent dans des granges et des maisons vides. Il leur manque un domicile sinon rien ne les différencie du chat ronronnant sur votre fauteuil.
Pourtant, les chats qui n'ont pas eu la chance d'être accueillis se trouvent rejetés par la société humaine, classés d'animaux "errants".
Jardins félins a pour membres des personnes de toutes professions, qui souhaitent réhabiliter le citoyen félin.
Une chatte va faire entre 4 et 6 chatons lorsqu'elle-même est encore un chaton de 6 mois. En moins d'une année, une chatte se multiplie par environ 18 ! En comptant les mâles, la population se multiplie par 10 en un an.
Cela est 600 fois la vitesse de reproduction d'un être humain !
Le résultat est que plusieurs dizaines de milliers de beaux jeunes chats en bonne santé sont exterminés tous les ans en France.
Pour arrêter ce carnage, il y a une solution humanitaire : la stérilisation.
Stérilisés, les chats sont propres, contents et tranquilles et ils ne se multiplient plus, ils ont une espérance de vie accrue et leur nombre reste stable.
La population humaine a besoin de la présence de chats stérilisés car ces derniers protègent efficacement nos maisons, granges et potagers de la toxoplasmose.
Cette maladie qui peut affecter les embryons humains est transportée dans nos jardins et nos réserves par les jeunes rongeurs malades.
Jardins félins compte sur les dons et donations pour acheter vivres, médicaments et équipements de sauvetage et de survie.
Cette association répond à la demande du public pour des démarches à suivre localement pour aider les animaux errants qu'ils nourrissent.

# Courtes témoignages de bénévoles de Jardins félins et l'association américaine qui lui rassemble, nommée Alley Cat Allies.
¤ "Ce n'était pas aussi difficile que nous avions imaginé, Jardins félins nous a aidés à chaque étape."
¤ "Participez comme nous à la solution, il n'y a pas un moment à perdre ! "
¤ "En parlant à la presse, pour se faire connaître, puis aux élus, nous avons eu rendez-vous avec le maire et il a mis un bâtiment gracieusement à notre disposition."
¤ "Nous nous sommes rencontrés à une réunion de présentation, puis ensemble nous distribuons le dépliant dans toute la ville, quartier par quartier, et nous avons des tarifs professionnels chez les vétérinaires."
# Sue Webb de Wellesley, Massachusetts, employée du refuge municipal a, en 1990, intégré la stérilisation dans les pratiques du refuge et a vu une réduction constante dans le nombre de chats entrants et donc à tuer.
"Nous avons établi un accord sur les prix auprès des vétérinaires.
"Le premier groupe de chats était à Wellesley collège. L'administration du collège m'a demandé de résoudre leur problème de chats errants.
Un employé du collège leur donnait à manger." Sue a capturé tous les chats, remplissant plusieurs cages de capture chaque matin pour les déposer à la clinique vétérinaire la plus proche et les a repris le lendemain matin de la clinique pour les remettre au collège, puis est retournée en capturer d'autres.
Il y en avait 44. Elle a pris une photo de chaque chat avant de le retourner au collège.
Il n'y a plus eu de problème et les chats sont devenus un des attraits du collège.

# Mewtopia est une antenne d'Alley Cat Alleys à Memphis, Tennessee.
Au début, la fondatrice faisait stériliser cinq chats par semaine.

Ensuite, deux vétérinaires ont accepté d'opérer gratuitement (avec les produits provisionnés par une association) deux jours par semaine.
Sylvia explique que tout a commencé pour elle quand elle a vu un chat mâle emporter de la nourriture jusqu'à des chatons de son abri de jardin.
Elle savait qu'elle n'avait pas les moyens d'aider tous les chats abandonnés dans son quartier, alors elle a proposé son aide bénévole à Mewtopia.
Elle s'est renseignée largement sur le site Internet puis elle a écrit et distribué une lettre dans tout le voisinage.
Elle raconte, "Approcher les vétérinaires pour définir un accord m'a foutu la trouille, mais j'ai trouvé un modèle d'accord et d'une lettre type sur Internet.
Tout bénévole qui fait des sauvetages partage l'esprit d'équipe et s'entraide comme ça."
# Docteur Levy parle de l'importance de la coopération.
Elle était encore étudiante quand elle a lancé un premier programme local de stérilisation pour les chats vivant sur le parc de son université.
Travaillant dans une autre université, elle y a fondé une association nommée Operation Catnip qui offre les stérilisations dans son université.

# "Notre voisine laissait reproduire son chat puis ne nourrissait pas les chatons.
Nous en avons d'abord emmenés au refuge, mais ils sont devenus "zero-tuerie" alors ils ne peuvent plus en prendre. Nous avons cherché sur Internet et trouvé Jardins félins qui nous a expliqué la solution humaine.
Nous avons payé 100 € et Jardins félins a payé le vétérinaire pour tous les chats et nous a prêté trois cages de capture.
La caution des cages nous a était remboursée intégralement au bout des deux mois qu'il nous a fallu pour attraper les plus timides.
Nous sommes soulagés de ne plus avoir à nous occuper de chatons, ni de voir les chats toujours affamés et anxieux.
Les chats tous stérilisés nous donnent le plaisir de les voir allongés au soleil ou jouant ensemble, enfin contents.
Dès qu'ils voient quelqu'un d'autre que nous, ils se cachent, et ils viennent en courant lorsqu'ils nous voient."

# Jusqu'à 2003 les chats des campagnes rurales du comté Union, Georgia, étaient tués par le refuge.
Puis, un programme de stérilisation a tout changé.
Cette année-là le refuge a reçu 311 appels concernant des chats, 142 en 2004.
Hélène, employée du refuge, s'est déplacée pour une conférence intitulée "Stérilisation : la solution humaine pour votre communauté". Elle y a noté les coordonnées d'autres amis des chats.
De retour chez elle, elle a passé autant de temps que possible à lire le site web.
Elle a repris contact avec les personnes dont elle avait pris les coordonnées, pour leur dire qu'elle soutiendrait leur action en achetant les cages pour leur en prêter et en transférant tout appel concernant les chats vers eux selon leur localité.
Aussi, en refusant désormais de prendre les chats quand elle n'a personne qui attend pour en adopter.
Victoria, une des personnes avec qui Hélène a repris contact, n'avait jamais eu d'animal de compagnie jusqu'à ce qu'elle ait vu des chats dehors au centre commercial et commencé à les nourrir. Très vite il y en avait 20 et se rendant compte que les chats se multiplient à toute vitesse, elle a contacté Alley Cats Allies pour apprendre comment procéder pour les sauver.
En sa nouvelle qualité de bénévole pour l'association, elle a approché un vétérinaire pour demander un tarif pour professionnels ou associatif, pour la stérilisation de chats de terrain.
Ensuite, elle a capturé et conduit les chats chez le vétérinaire puis les a retournés au centre commercial.
Une fois cette action urgente accomplie, elle a fait un poster proposant la stérilisation à petit prix et l'a affiché dans des commerces du centre commercial.
"Les personnes qui bénéficient de notre programme sont très contentes de voir que les chats ne se bagarrent plus entre eux et qu'il n'y a plus de chatons. Nous aidons les gens à aider les chats." explique Victoria.
Hélène écrit une colonne pour le journal de la région en échange de pouvoir y parler de la gestion par la stérilisation de la population de chats.
Le conseil d'administration du refuge ne voyant pas l'intérêt de l'action que menait Hélène pour aider les chats, lui a ordonné de recommencer à prendre les chats et à les tuer.
Hélène a démissionné sur le champ.
En rentrant elle a appelé Victoria et elles ont créé une association pour soutenir leur action.

# Ginny, jeune mère au foyer, a relevé le défi.

"Voir les chats se multiplier me faisait pleurer."
Elle s'est demandée ce que pouvait faire une personne seule.
Elle voulait les faire stériliser mais elle ne savait ni les attraper, ni trouver l'argent. Alors, elle a cherché sur Internet.
Elle a imprimé des informations du site pour les montrer au syndicat de gestion des immeubles du lotissement.
Mais les gérants ne lui donnaient pas de réponse immédiate, alors Ginny a commencé le travail toute seule en attendant.
D'abord elle a approché une clinique vétérinaire pour demander un tarif pour les chats sans foyer, puis elle a versé une caution pour le prêt de 10 cages de capture auprès de Alley Cat Allies.
Alley Cat Allies règle chaque mois les factures vétérinaires, environ dix stérilisations par semaine pour Ginny, au très petit prix qu'elle a négocié.
Les chats mâles sont relâchés le jour même dès qu'ils sont bien sur leur pattes, et les femelles restent la nuit dans leurs cages dans l'appartement de Ginny.
Très tôt le matin, Ginny a trouvé un chat fusillé et un autre mourant d'empoisonnement.
De tels actes désespérés n'avaient rien fait pour réduire l'augmentation constante de la population féline du lotissement.
La réaction de Ginny était d'écrire un article pour la presse, pour exposer la situation, son engagement pour la gestion par la stérilisation, l'attitude évasive et coordonnées complètes des gérants des immeubles de son lotissement, le chat qu'elle a trouvé fusillé, le chat qui est mort empoisonné et son appel aux offres d'accueil de chats dans une ferme ou une résidence à la campagne. Elle l'a emmené dans les bureaux de la rédaction.
Cinq nuits par semaine, Ginny surveillait ses cages de capture puis faisait le trajet d'une heure pour aller à la clinique.
Sur sa messagerie téléphonique, arrivaient des réponses à son article.
Beaucoup souhaitaient réaliser un programme local. Elle notait leurs coordonnées et leur a donné l'adresse du site internet où elle a tout appris.
Elle a aussi reçu des offres d'accueil de groupes de chats.
Elle s'est arrangé pour les visiter afin de voir avec les personnes où les chats pourraient rester enfermés les premières deux semaines au moins, puis dormir et manger et demander que les rongeurs ne soient plus empoisonnés car les chats en chassent et risquent de croquer un rat mourant empoisonné.
Un autre syndicat de gestion d'immeubles l'a contactée pour ses conseils en vue d'implémenter la gestion par la stérilisation parce que, en un an, il y avait eu soudainement 35 chats.
Le syndicat a souhaité son aide afin d'éviter la multiplication.
Ginny s'est proposée sans hésitation pour faire la capture et le transport des chats pour les faire stériliser gratuitement à condition qu'ils soient nourris et que le syndic leur offre un abri protégé et entretenu. Cela convenait à toutes les parties concernées.
Quelques chèques sont arrivés dans sa boîte aux lettres pour soutenir son action.
Un jour, Ginny a vu qu'il y avait des personnes d'une entreprise qui observaient les ouvertures sous les immeubles.
Ginny s'est précipitée pour leur demander comment ils vérifiaient qu'aucun chat ne risque de se faire emmurer.
Son interlocuteur n'avaient aucun système prévu pour évacuer les chats, alors Ginny a noté les coordonnées de l'entreprise, puis elle est entrée pour téléphoner à Alley Cat Allies qui a contacté l'entreprise et le syndicat.
L'autorisation a été accordée pour Ginny de grimper sous chaque immeuble juste avant que les accès soient obstrués.
S'habillant de vieux bleus jeans et poussant un panier de transport devant elle, Ginny s'est enfilée à quatre pattes dans les espaces sous un immeuble avec un bon lamp torch.
Les chats sont sortis mais les chatons se cachaient ou ne savaient pas où aller, alors Ginny les a ramassé dans son panier.
Fière d'elle, elle est sortie et regardé le béton commence à couler puis elle montait les chatons dans son appartement et descendait un panier vide, prêt pour le deuxième sous-sol qu'elle ne commençait que lorsque toutes les ouvertures sauf une étaient fermées.

Afin que les chats sortent facilement, les ouvriers étaient restés éloignés du dernier trou jusqu'à ce que Ginny ressorte.
Et pour chaque bâtiment, le même procédé. Le courage et l'enthousiasme de Ginny toujours constants.
Elle ne se serait jamais imaginée capable, mais elle ne s'est jamais posé la question.
"Je savais simplement que personne d'autre ne s'est proposé pour le faire et il n'était pas question d'hésiter. Il fallait le faire, c'est tout."
Elle s'étonne encore.
Sa réaction spontanée et immédiate a sauvé les chats et chatons d'une mort horrible.
"Cela prouve qu'on peut changer une situation. Si quelqu'un veut éviter des souffrances, il a juste besoin du réflexe de contacter une association fiable toute de suite, pour demander conseils et aide."
Peu après tout cela, une autre personne qui a fait stériliser des chats avec le soutien d'Alley Cat Allies, a contacté Ginny pour former une association.
Le journal de la région les aide à trouver les familles d'accueil et elles font la capture et transport de chats et chatons pour les faire stériliser lotissement par lotissement.
# Stériliser les chats sans maitre produit des résultats durables.
Il n'y a plus de plaintes des voisins concernant les chats, plus d'entrées de chats errants, et presque plus de déplacements des personnels pour régler les soucis de chats errants.
Maricopa county, Arizona S.P.A. a compris l'economie au point de prendre en charge les frais des stérilisations de chats errants pour les municipalitiés qui côtisent auprès d'eux.

# Julie, directrice d'un refuge, explique le changement de politique qui lui a permis de commencer à faire quelque chose dans l'intérêt des chats au lieu de les détruire.
"Par le passé, lorsque quelqu'un nous amenait un chat errant, notre seule solution était de le tuer.
J'ai fais une analyse statistique et il s'avère que les mêmes personnes revenaient pour déposer un chat errant.
Cela veut dire qu'ils se débarrassent d'un chat sans se défaire du problème.
Clairement, la méthode habituelle d'élimination, ne sert à rien.
Enlever les chats d'un endroit laisse la place pour d'autres et les problèmes continuent parce que les chats ne sont pas stérilisés.
Nous consultons souvent le site Internet de l'association car nous avons un rôle à jouer dans son action salvatrice de stérilisation-gestion.
Notre politique est de prendre le nom et adresse de la personne puis de lui proposer un choix : soit ils continuent à nous amener des chats, soit il payent 20 € pour que le chat soit stérilisé grâce à notre accord vétérinaire, puis le reprennent en sachant que le chat ne posera plus de problème et que nous ferons stériliser sans charge tout autre chat qu'ils trouvent.
Nous leur donnons une invitation à la prochaine conférence sur le sujet et nous leur vendons un DVD à 2 € quel que soit leur choix.
L'entraide entre les associations est utile à tous. Par exemple, une dame très âgée, sans ressource croyait que le refuge enverrait quelqu'un pour prendre ses chats pour les faire adopter !
J'ai passé ses coordonnées au président d'une association pour la stérilisation des chats avec qui nous collaborons.
Enregistré avec cette association, quelqu'un a fait la capture et la navette pour faire stériliser les chats et les retourner chez la dame qui a pu continuer à les nourrir car ils ne faisaient plus de chatons.
Grâce à cette association nous avons moins d'euthanasies que jamais dans l'histoire de notre refuge.
Nous avons fourni nos statistiques à l'association et cela a aidé pour inciter le maire à faire passer un décret municipal instaurant la gestion de la population féline par la stérilisation, au tarif professionnel et jusqu'à un certain nombre au-delà duquel l'association prendra le relais et la ville versera sa participation à l'association pour soutenir son action qui évite la prolifération de chats dans la ville."

# Docteur Ralph McBean, de Columbus, déclare "Je n'étais pas un passionné de chats jusqu'à mon premier chat adopté....
Blackie était un mâle aux oreilles en lambeaux tellement il a été dans des bagarres. Il est apparu dans mon jardin et je l'ai fait stériliser.
Puis il m'a amené ses copains."
Docteur McBean s'est mis à la retraite anticipée de sa profession de médecin pour cause de problèmes de santé.
Il dit que son activité pour les chats l'aide beaucoup. "Améliorer la vie pour les chats me fait plaisir.
Ils méritent d'avoir accès à de l'eau sans stress, de la nourriture, un abri sec et d'être stérilisés."
Le docteur a fait stériliser les copains de Blackie qui sont venu manger. Puis il voulait faire plus.
Il cherchait sur Internet et lisait le site de Alley Cat Allies puis leur demandait de le mettre en relation avec d'autres personnes qui font comme lui et qui veulent faire plus.
Quelques mois plus tard il a était contacté par une personne qui venait de faire stériliser un groupe de chats. Les deux ont décidé de créer une association ensemble.
C'était en 2001 et ils l'ont appelée Allied Cats of Columbus.
Durant les trois premières années, ils ont fait stériliser 1 500 chats. Le refuge du département ne tue plus de chats, il a immédiatement commencé à envoyer les appels à Allied Cats of Columbus.
"Nous nous sommes arrangés avec les vétérinaires pour les tarifs professionnels, ensuite nous avons écrit des articles pour les journaux locaux et régionaux afin d'inscrire d'autres personnes auprès de notre association et pour offrir d'organiser la stérilisation de groupes de chats.
Nous avons un stock de cages de capture, un DVD filmé par un ami avec son caméscope sur notre action et nous hébergeons les chats malades ou âgés chez des familles d'accueil bénévoles."

# Voir aussi Réseau d'associations, Politique de ville, Dépliants, Lettre au maire, Lettre aux vétérinaires.

L'INFAMEUSE "PROTECTION ANIMALE" :

La protection des chats passe d'abord par la stérilisation.
Le meilleur façon de sensibiliser les masses est de faire stériliser tout chat ou chaton avant de le faire adopter et avant de laisser l'accès à dehors aux chatons.
Encouragez les particuliers à garder les chatons avec la mère, et à faire d'abord stériliser la mère puis les chatons.
Répondez aux petites annonces et surveillez les marchés locaux : prenez l'adresse et numéro de téléphone de personnes avec les chatons "à donner" afin de faire stériliser la maman chat et éviter que les trafiquants de peaux ou des personnes irréfléchies qui les laisseraient se reproduire, ne les prennent.
Voir aussi Devenez Délégué-médiateur, Chats dehors, Six mois, Stérilisation, Errant.

Certaines organisations de protection animale qui font des mailings et n'ont plus leur fondateur dans la gestion des ressources, existent seulement pour payer leur directeurs fortement salariés et raclent des dons dans ce but en faisant croire que c'est pour soutenir des refuges, tandis qu'ils ne gardent aucun refuge "hors eau", et ne donnent que des petits dons comme fera un donateur ordinaire.
Ils ne font pas la moindre protection animale réelle, et ne finance des efforts de bénévoles que selon leur humeur du jour ! Ils envoye un photographe et un "poseur" aux lieux des sauvetages actives pour obtenir des photos de leur "poseur" qui porte des vêtement aux logo de leur organisme enfin de faire croire dans les médias qu'ils ont participé activement, tandis que l'action été effectué par une association locale.
Ils engagent du personel pro en "relations publiques" qui passent leur temps de travail dans un bureau avec pour "mission" de décourager des bénévoles potentiels par téléphone, écrire des lettres de refus à des personnes qui proposent de faire des sauvetages concretes dont il y a besoin dans leurs localités, et à dire à tout bout de champs que les chats sont "mieux morts" et de ne "rien faire en attendant".
Si ces organismes, qui ont des fonds (constitués de dons et de légs) investit dans les banques, faisant au moins le financement, pour soutenir les bénévoles qui manquent de moyens et ne demandent rien pour leur temps, ce sera le moindre des choses mais non, pas seulement ils ne font rien physiquement mais en plus ils ne financent que un sur [?] des sauvetages amenés à leur attention.

Par contre, de plus en plus de personnes volontaires créent des associations de bénévoles qui eux méritent toute l'aide que vous pouvez leur envoyer.
Jardins félins met la liste à votre disposition, sans garantie qu'elle soit à jour mais nous le tenant à jour pour autant des nouvelles que nous recevons.
Si vous n'avez pas eu de réaction d'une association de la liste, envoyez un email à Jardins félins pour nous tenir au courant. Merci. LISTE DES ASSOCIATIONS ACTIVES, (cliquez ici).

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W Y