Accueil

Achetez les livres de Jardins félins sur Amazon.fr

« Chats au jardin »

Solutions aux soucis de chats pour la tranquillité de tous !

5 €

(livre électronique)




« Chats, santé et comportements »


Soins naturels des chats et solutions psy-chat !


PROMO de lancement 15 € 5 € pour les premiers 100 vendus
(livre électronique) sur Amazon.fr



Voila un extrait d'un des livres de Jardins félins, pre-édition, probablement incomplet mais mieux que rien si vous ne pouvez pas acheter sur internet aujourd'hui.

Le Guide des amis des chats :

Chapitre II Vétérinaires : quand faut-il consulter ?

FAUT-IL CONSULTER ? Symptômes d'urgences
OBSERVATION ACTIVE
"A JEUN"
NE JAMAIS DONNER UN MEDICAMENT DANS L'EAU DE BOISSON
CHOISIR UN VETERINAIRE (AVANT D'EN AVOIR BESOIN)
DEUXIEME AVIS

Faut-il aller chez le vétérinaire ? :

Pour savoir s'il faut aller chez le vétérinaire, faites une recherche dans ce site selon les symptômes pour éviter toutes les erreurs de diagnostic (qui sont nombreuses car les diagnostiques ne révèlent pas la source du trouble et se contentent du premier nom de " maladie " correspondant aux symptômes alors que les mêmes symptômes peuvent être occasionnés par diverses infections, divers dysfonctionnements, divers déficiences, différents d'un individu à un autre, et dont les causes aussi sont différents selon le vécu de chacun.

Il faut soulager les symptômes mais en même temps soutenir le corps entier, c'est essentiel, pour éviter les dommages pouvant être causés par des traitements incomplets.

Les traitements incomplets sont ceux visant les plus voyants des symptômes sans tenir compte des symptômes camouflés ou à venir dues aux déficiences croissants ignorés.

Bref, des traitements qui tentent de soigner une partie du corps en ignorant que chaque partie dépend de la santé de l'ensemble.

Soyez prêt à expliquer au vétérinaire tous les changements que vous avez observé chez votre chat, tels que sa vitalité, son appétit, son comportement, quand ces changements ont pu commencer et, si possible, ce qui a pu les provoquer.

Ainsi il y aura moins de chances que le vétérinaire passe à côté d'une fragilité grave qu'il aura pu reconnaitre (comme une infection de Bartonella, " Lyme's ", Mycoplasme, Leptospirose) en faisant l'erreur de croire à un symptôme passager (comme une simple diarrhée due aux vers) sans plus.

Pour être efficace un traitement doit être complet et adapté à votre chat et non pas seulement à certains de ses symptômes, encore moins le " traitement " pour " sans cervelle " qui est antibiotiques (qui ne font que détruire la flore bactérien bénéfique) et anti-inflammatoires (souvent pas injection donc prévenez votre véto que vous ne voudriez pas qu'il fasse une piqure, sinon ils sont souvent rapides à la détente puis hop, au suivant !).

L'observation active

"Je le sais de suite quand un de mes chats n'est pas bien, c'est important d'observer et de les connaitre bien, chacun individuellement." -- Cédric, bénévole de Jardins félins.

Peut-être après lecture de ce livre vous n'allez plus manquer de constater à temps la réduction du niveau de santé, pour le restituer avant qu'un dysfonctionnement ne peut plus être compensé, et entraîne des symptômes.

Il ne suffit donc pas de traiter des symptômes.

A partir du moment où il y a des symptômes, c'est déjà le corps tout entier qui a besoin de soutien (votre attention, une nourriture saine, et des plantes protectrices).

Vérifiez chaque jour qu'aucun de vos chats n'ait un des problèmes de santé urgents (continuer à lire pour savoir comment).

Les chats essayent toujours d'avoir l'air d'aller bien, pour ne pas nous faire des soucis. Ils ronronnent pour créer une ambiance apaisante, leurs yeux vous sourient, mais ne soyez pas si vite réconforté.

Par exemple : Tâtez tous les jours le ventre vers l'arrière, c'est la vessie.

Les chats dehors devront avoir un bac à litière dans leur abri pour éviter qu'ils aillent sous la pluie ou qu'ils fassent leurs besoins dans un jardin.

Le bac à litière permet de détecter un début de blocage urinaire (traces de sang dans l'urine).

Le blocage urinaire tue dans d'horribles souffrances, alors pas de temps à perdre sur une hésitation ou une distraction.

Le chat ne peut pas uriner, le conduit étant bouché par des caillots de sang.

Si un chat présent l'un des malaises graves listés ci-dessous, consultez impérativement : Les symptômes suivants sont des urgences au stade où chaque minute compte, la survie en dépend.

Allez en urgence à la clinique vétérinaire avec le chat, sans hésitation aucune, car il est vital d'agir immédiatement pour limiter la dégradation irréversible des organes vitaux si :

# Son pipi est jaune fluo (il est victime d'une Leptospirose).

# Il y a du sang dans ses urines, urine orange ou parsemé de traces rouges ou d'un sédiment rouge, (forte risque de blocage urinaire, calculs, ou reins abimés).

# Il n'arrive pas à uriner, il tente d'uriner n'importe où pour essayer d'échapper à cette douleur et l'inconfort extrême (flagrant d'obstruction urinaire).

# Il semble constipé, pousse après avoir uriné, ou retourne souvent au bac et urine peu ou pas (cystite avec risque de blocage urinaire).

# Sa ventre est tendu ou gonflé à un endroit.

# Son bas-ventre est ferme, délimitant l'emplacement de la vessie.

# Il essaye de vomir ou de déféquer sans réussir.

# Il a une perte visible du poids, (ce peut être soit une insuffisance rénale, un typhus, ou une intoxication alimentaire grave).

# Il miaou ou grogne sur le bac à litière (c'est une cystite grave).

# Il est plus affectueux qu'à son habitude, ou s'isole tandis que normalement présent : Cela est à pour cause une douleur. Tâtez son cou et son corps, mais s'il y à un objet coincé dans ses tissus, ne l'arrachez pas. Un vétérinaire saura ce qu'il faut faire pour le retirer sans causer plus de dommages.
S'il n'y a pas d'objet, la douleur peut être ses intestins, ses reins, une cystite, une fracture.

# Ses gencives sont pointées de rouge (empoisonnement au raticide).

# Il semble désorienté, ivre / saoul. Il marche différemment de la normale (soit une insuffisance cardiaque, soit une intoxication par empoisonnement, par ingestion de viande avarié, ou par accumulation d'urée provenant d'une insuffisance rénale).

# Ses pupilles ont changé, elles sont dilatées, une seule ou les deux (ce peut être un empoisonnement à l'insecticide antipuces, ou une autre médicament pharmaceutique).

# Il boite (infection interne de tissus nécrosés, donc grave, suite à une chute, un saut mal réceptionné, un écrasement, ou s'être coincé et avoir tiré fort).

# Il a fait une déshydratation, (léthargie, peau pincée reste pliée), grave pour les organes vitaux.

# Il a une blessure béante ou laissant entrevoir des tissus sous cutanés.

# Il stationne devant son bol d'eau ou de nourriture sans consommer (il est victime d'un typhus).

# Une poche est apparue sous un œil ou au menton (abcès dentaire).

# Il urine très fréquemment et se lèche beaucoup (une cystite est toujours une urgence chez le chat).

# Il vomit plusieurs fois ou essaye (la présence de vers ou de poils dans le vomi n'exclut pas la possibilité d'un empoisonnement : ramassez-en de sa vomit à l'aide d'un sac plastique, pour le montrer au vétérinaire qui pourra l'analyser pour détecter un éventuel empoisonnement (il a les antidotes spécifiques aux différents poisons).

# Il s'agit d'un chaton qui tousse ou éternue (ne le laissez pas seul, s'il pleure lorsque vous le regardez ou le touchez, gardez-le posé sur votre corps (le système immunitaire n'est pas encore complet chez le chaton).

# Sa " troisième paupière " devient visible, (il est victime d'une Leptospirose, une déshydratation, une Bartonella, ou des vers).

# Il a une diarrhée qui dure depuis plus d'une journée (intoxication alimentaire devenu systémique : Le foie rejette les poisons mais ils peuvent traverser les parois de l'intestin rentrant dans la circulation : donnez " charbon activé " pour éviter cela).

# Il n'arrive pas à déféquer ou a du mal a uriner (blocage urinaire grave et mega urgent, ou occlusion intestinale avec risque de rupture).

# Il "oublie" ses bonnes habitudes concernant sa litière (il associe au bac une douleur).

# Il a des troubles de vision flagrants (empoisonnement, blessure, infection du globe, diabète).

# Il a des ulcères qui ne se referment pas (cancer, infection aux bactéries pathogènes intracellulaires donc cachés des antibiotiques, environnement pollué, malbouffe).

# Ses gencives sont blanches (anémie occasionnée par un médicament pharmaceutique ou une infection de Bartonella ou de Leptospirose, ou éventuellement un choc ou des vers).

# Son abdomen développe une bosse (hernie suite à une chute, infection d'un organe interne).

# Il semble planer ou avoir plus sommeil que de coutume (déshydratation, insuffisance cardiaque, empoisonnement par infection systémique).

# Il s'évanouit ou a un excès de faiblesse.

# Il est pris de convulsions.

# Il tousse ou " bâille " sas cesse (il se peut qu'il a quelque chose coincé dans le gorge).

# Il saigne d'un orifice naturel, bouche, nez, urètre, rectum.

Dans les cas suivants, gardez le chat dans la maison 24/24 et lisez vite les sections mentionnées pour savoir si vous pouvez le soigner ou sinon l'amener chez un vétérinaire :

# Apathie ou léthargie et regarde devant lui à rien : voir Léthargie (Typhus, Leptospirose, Bartonella, Mycoplasme).

# Substance sur poils : voir Poils, ne laisse pas se lécher une substance collée, coupez selon méthode sûre (protégez la peau d'une peigne et coupez à raz le peigne, côté extérieur).

# Il a une diarrhée, vomit ou boude son repas : voir Intestins (Intoxication alimentaire, Typhus, Péritonite, Entérite).

# Il est inhabituellement affamé : Dérèglement endocrinien, (pesticides, herbicides, malbouffe, ou médicaments pharmaceutiques), (Diabète, Thyroïde, Anxiété).

# Il a mauvaise haleine ou il bave beaucoup : voir Mauvaises odeurs (perturbation de la flore bactérienne de la bouche, des oreilles, du foie, de la peau).

# Son comportement a changé, il se cache, ou il est anormalement affectueux et très câlin : voir Comportements (Examiner un chat, Douleur, Émotions).

# Sa personnalité a changé, il n'est pas lui-même : voir Attitudes (Changements, Agressivité, Perte de repères).

# Il miaule plus que d'habitude, ou au contraire ne miaule plus : voir Ventre et Comportements.

# Il est normalement très sociable et maintenant il ne veut plus être touché, ou il réagit agressivement : voir Attitudes et Comportements (Douleur).

# Il a le nez ou un œil qui coule : voir Virus.

# Il perd ses poils par motte laissant la peau nue par endroit et se gratte excessivement : voir Poils et Peau (Métaux, Acariens, Puces, Bactéries, Mycoses).

# Sa respiration est difficile, ou rapide, comme s'il était surchauffé : voir Cœur.

# Il ne peut pas manger de la nourriture sèche : voir Dentition (Bartonella, Calcivirus, Tartre, Déplétion).

# Œil irrité : voir Yeux (à traiter rapidement sinon il peut s'abîmer les yeux irréversiblement).

# Son appétit diminue ou il n'a pas mangé depuis plus d'une journée.

Pour les symptômes suivants, notez des changements sur papier de préférence, observez s'il boit, mange, élimine et dort bien et s'il joue, lisez les sections mentionnées :

# Vous découvrez de "petits accidents", ils peuvent être signes de douleur : voir Douleurs et Comportements.

# Il boit plus qu'avant : voir Endocrine et Reins.

# Perte d'appétit : voir Intestins (Intoxication alimentaire, Leptospirose, Typhus).

# Son urine sent plus fort qu'avant : voir Odeurs (Reins) et Endocrine.

# Son ventre est plus gros d'un côté que de l'autre : voir Ventre (Chute, Hernie, Stagnation).

# Il a une blessure qui ne guérit pas vite ou qui est purulente : voir Abcès.

# Il tousse avec ou sans rejets : voir Toux.

Que veut dire " à jeun " ?

Ne privez pas un chat d'eau même s'il doit être à jeun avant une intervention à la clinique.

Il se peut que le chat gère une légère insuffisance rénale en buvant des petites quantités d'eau très fréquemment.

Dans ce cas, une nuit sans accès à l'eau peut provoquer une crise aiguë qui lèse gravement ses reins, réduisant définitivement leur fonctionnement.

Le chat n'aura pas d'eau à la clinique alors il ne faut pas qu'il arrive déjà avec une soif inassouvie.

Ne jamais donner un médicament dans l'eau de boisson.

Les médicaments liquides peuvent être mis dans un peu d'eau à faire boire en soucoupe ou avec une pipette (compte-gouttes), mais les chats doivent avoir de l'eau propre à disposition en permanence.

L'erreur de certain vétérinaires de prescrire l'addition de médicaments dans l'eau de boisson a pour résultat soit un gros gaspillage de produit, soit des bols d'eau sale qui attendent d'être bus et des chats qui attendent sans boire alors qu'ils ont besoin de se désaltérer.

Cette situation compromet la santé car les chats ne boivent pas assez d'eau et n'absorbent pas une dose suffisante ni adaptée, les chats ayant des poids différents.

Aussi pour regagner la santé chaque chat a des besoins différents, selon son passé, son état, son métabolisme, ses faiblesses personnelles.

CHOISIR UN VÉTÉRINAIRE

Choisissez votre vétérinaire bien avant d'en avoir besoin de ses services !

Faites votre choix dès maintenant pour éviter de tomber sur un insouciant à l'occasion d'une urgence.

L'association Jardins félins est toujours heureuse de prendre connaissance de l'adresse d'une clinique avec un vétérinaire spécialisé en médecine féline.

Choisir d'être client avec eux est la meilleure façon de les remercier.

Les américains ont la chance d'avoir déjà pleins de vétérinaires qui comprennent la santé, leur association s'appelle " American HOLISTIQUE Vets ".

Allez dans la clinique vétérinaire la plus proche et leur posez quelques questions :

1). Est-ce que vous pratiquez un tarif associatif pour les clients vivant sous le seuil de pauvreté et pour les chats errants ?

Aussi, m'accorderez-vous une réduction de 50 % pour les stérilisations afin que je puisse m'occuper de chats errants et perdus ?

2). Dans le traitement de quels animaux vous êtes-vous spécialisé ?

Est-ce que vous avez-vous fait des études supplémentaires pour ces animaux depuis l'obtention de votre diplôme de vétérinaire ?

3). Acceptez-vous de laisser passer les cas urgents (étouffement, rétention d'urine, coma, déshydratation, chute, accident de la route) avant les clients déjà installés dans la salle d'attente ?

4). En dehors des heures d'ouverture, est-ce qu'un vétérinaire répond au téléphone et ouvre la clinique pour les cas d'urgence ? Est-ce qu'il y a un vétérinaire de garde quelle que soit l'heure ?

5). Est-ce que le vétérinaire de garde séjourne sur place ? Sinon, combien de minutes après l'appel d'urgence est-il à la clinique ?

6). Si un chat présente un problème compliqué où vous ne pensez pas pouvoir le soigner, m'orienterez-vous vers un vétérinaire qui a plus d'expérience dans le domaine du même genre de cas ?

7). Avez-vous fait stériliser les chats qui errent dans votre jardin et vos chats de la maison ?

LA CONSULTATION

Quelle que soit la raison pour laquelle vous consultez, expliquez au vétérinaire tous les changements que vous avez observé chez votre chat, dans sa vitalité, son poids, son appétit, son comportement.

Aussi depuis quand ces changements ont commencé par rapport aux dates d'autres changements qu'il y a eu dans votre vie.

Par exemple une perte de poids, depuis combien de temps ? Une semaine, un mois, depuis qu'on a déménagé, ou depuis un autre événement de la vie à la maison.

Le vétérinaire aura plus de chances d'interpréter correctement les symptômes actuels si vous lui parlez des autres signes ou symptômes que le chat a eu par le passé, et si vous répondez à ses questions sur les circonstances.

Les diagnostiques qui ne tiennent pas compte de l'historique de l'animal n'aboutissent pas à un traitement adapté à l'ensemble des besoins de santé de l'animal, et ces traitements simplistes comme " c'est probablement des vers, donnez un vermifuge puis on verra " se soldent souvent par la mort de l'animal car trop de temps perdu.

Les médications pharmaceutiques poussent vers l'insuffisance l'organe vital le plus faible du chat. Les médicaments de l'industrie pharmaceutique mettent à l'épreuve les systèmes et organes vitaux. Les ordonnances suivis sont le quatrième cause de mortalité dans les pays soi-disant civilisés.

Si le chat reçoit déjà un traitement ou produit, quel qu'il soit, apportez l'emballage au vétérinaire afin d'éviter un surdosage par cumul de médicaments similaires, un mauvais mélange, ou une répétition de la même erreur de diagnostic.


DEUXIÈME AVIS

Pour un deuxième avis, il n'est pas utile de dire que vous avez déjà consulté un vétérinaire, sinon pour parler des interventions chirurgicales s'il en a eu, et son historique médicamenteuse (prises d'antibiotiques, anti-inflammatoires et autres médicaments pharmaceutiques car leurs effets toxiques sont cumulatives) mais ne dites pas quel vétérinaire (vous étiez en vacances, vous avez oublié son nom).

Dites ce que vous pensez l'a rendu malade, ou ce que serait son problème basé sur vos observations, en évoquant l'apparition de nouveau symptômes dans son historique.

Si un vétérinaire ne semble pas très motivé par votre souci, téléphonez à un autre vétérinaire, sans parler du précédant, car en parler vous ferait perdre du temps et va influencer son attitude et son diagnostique.

Les vétérinaires sont comme une secte dans leur métier, ils ont carrément un "ordre supérieur", ce qui veut dire les clients sont secondaires à l'entretien de la croyance en leur sacré sainte " compétence ".

En réalité, la compétence d'un vétérinaire ne dépend que de lui, surtout de sa volonté de bien faire, de savoir tout de l'historique de la santé de l'individu, et de poursuivre ses études au-delà de l'obtention de son diplôme, pour connaître tout ce qu'il se sait sur l'espèce qui le passionne.

Malheureusement beaucoup de vétérinaires se contentent du minimum, le diplôme de base qui les autorise à faire de l'argent en s'annonçant " vétérinaire ".

Alors il n'y a pas deux " vétérinaires " qui se valent, car certains sont excellents, du fait qu'ils poursuivent leurs études à tout âge et s'équipent pour soigner au mieux l'espèce qu'il a choisi pour sa spécialisation.

Si vous, vétérinaire ou particulier, ne trouvez pas dans ce livre les réponses à vos questions sur la santé des chats, vous avez la possibilité de poser votre question à Jardins félins : foyerfelin@gmail.com qui vous orientera sur les sources d'information spécialisées.

Tableau détecteur de bons ou de mauvais vétérinaires :

Signes de danger Qualités intrinsèques d'un bon vétérinaire
Arrogant, il utilise des mots pour vous désorienter. Compétent, il vous explique ce qu'il sait du problème et donne des réponses à vos interrogations.
Agressive, il vous commande et se met à s'énerver lorsque vous suggérez vos idées. Compatissant, ses actions et paroles montrent que sa priorité est de soigner et d'instaurer de nouveau le bien-être de l'animal.
Ignorant des sujets dont il devrait être au courant. Consciencieux, il n'a pas cessé d'étudier après l'obtention de son diplôme. Il porte intérêt à toute nouvelle information apportée par des clients studieux et se met au courant des nouvelles techniques et thérapies.
Déconnecté, il ne ressent pas ce dont l'animal a besoin. Il veut passer à autre chose sans se soucier de votre cas. Empathique, il observe l'animal en cherchant l'origine du problème, puis, il dit ce qu'il pense sans hésitation ni réserve.
Dédaigneux, il écarte vos propos, sans en tenir compte. Compréhensif, il explique ce qu'il faut surveiller et ce que vous pouvez faire pour améliorer les chances de rétablissement.
Ne pratique pas de réduction pour personnes apportant des chats errants ou perdus ou en dessous du seuil de pauvreté. Aide à diminuer la surnatalité et mortalité en pratiquant un tarif associatif pour les personnes qui amènent les chats à stériliser ou à soigner, qui n'appartiennent à personne ou seulement à une association ou ses directeurs.


Le chapitre 3 est organisé d'A à Z.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W Y