Accueil

livres papier qui sont des guides complets sur les comportements, les soins santé au naturel, ou les solutions pour chats errants : soit 15 € ou 25 € (ventes réalisées au bénéfice de l'association)



livres électronique : 2,99 €

Le Guide des amis des chats : O
OBÉSITÉ
OBJET COUPANT
OBSTRUCTION INTESTINALE
OBSTRUCTION URINAIRE
OCCLUSION INTESTINALE
ODEUR
OISEAUX
OREILLES
OREILLES CLAIRES
OREILLE GONFLÉE
ORIENTATION
ORIGINE DU CHAT
ORTIE
OTHEMATOME
OS

OBÉSITÉ :

Voila à quoi rassemble un chat obèse.
Etes-vous sûr que votre chat soit trop gros ? Un peu de rondeur n'est pas néfaste !
Si vos chats sont gros, ne donnez plus de boîtes ni de friandises commerciales.
Un chat ne risque pas de trop manger s'il a une nourriture saine car bien nourri le chat retrouve son énergie et son appétit se normalise.
Il ne faut pas limiter leur accès à la nourriture car cela va augmenter leur sensation de faim et ils risquent de trop manger, aussi la faim stimule la conservation d'énergie, et le stockage en graisses.
Un gros problème avec la surcharge pondérale est le danger d'une perte de poids rapide dont les conséquences seront graves : graviers biliaires, endommagement du foie et des reins.
La majorité des chats confondent la soif et la faim.
Pour eux, les croquettes doivent toujours être gonflées dans un volume égal d'eau.
Avec une nourriture nutritive et bien humide, il régulera son poids sans fatigue.
Rien ne sert de limiter ses rations, car cela crée une frustration et l'envie de manger sera sans limite : changez plutôt la nature de son alimentation, car c'est la qualité de ce qu'il mange qui fera la différence et non pas la quantité.
En cas d'obésité importante, (voir image) vous pouvez lui faire avaler une ampoule par jour d'extrait de kelp (algue de mer), et pour ses repas, mélanger 20 % de carottes râpées (ou 10 % de salade finement hachée), 60 % (ou 70 %) de sardines (ou sardines dans gelée animale) et 20 % de seigle bien cuit.
Il pourra se dégourdir plus volontairement si vous mélangez une goutte de Nepeta cataire (huile essentielle) avec une cuillère à soupe d'huile d'olive, et mettez-lui un peu de ce mélange sur le pelage des pattes antérieures (de devant), aussi clic ici pour Jeux.
Voir Perte de poids, Nutrition.

OBJET COUPANT :

S'il y a quelque chose coupant dans sa gorge, amenez le chat dans une clinique vétérinaire immédiatement, en prevenant le vétérinaire de garde si la clinique est fermée.
Si un chat mange un morceau de verre, d'os ou autre objet coupant, donnez-lui des petits morceaux de mie de pain à manger ou un boule de coton en le divisant en de très petits boules imbibés de crème fraîche.

OBSTRUCTION INTESTINALE :

Voir Occlusion intestinale sur la page Ventre, cliquez ici.

OBSTRUCTION URINAIRE :

Sur page Sur la page Urinaire, cliquez ici pour y aller.

OCCLUSION INTESTINALE :

Sur page Occlusion intestinale sur la page Ventre, cliquez ici.

ODEUR :

Lien vers un produit efficace pour avoir zéro odeur !
Utile si vous habitez en appartement ou avec grand nombre de chats.
Voir Stérilisation, Ville, Action, Logement.

OISEAUX :

# Voir Pas de chats ici !
.

OREILLES :

Voir Oreilles sur la page dédiée, cliquez ici.

ORIENTATION :

Voir Métiers félins.

ORIGINS DU CHAT :

Les chats dehors ne sont pas sauvages ils sont d'origine domestique, l'espèce n'a jamais existé en tant qu'animal sauvage.

Voila Felis sylvestre le chat sauvage européen : rien à voir avec les chats de nos villes et campagnes qui eux sont d'une espèce domestique, Felis lybica.


Le chat sauvage européen (Felis sylvestris) pèse quatre fois le poids d'un chat domestique.

Il vit aussi loin des humains que possible, uniquement dans ce qui reste des forêts ancestrales d'Europe centrale et méridionale.

En France, on le signale dans les forêts des régions de Bourgogne, Lorraine, Auvergne, Languedoc, dans les Pyrénées et le massif forestier de Fontainebleau.

De la taille d'un renard, sa fourrure est tigré brun-roux, et sa queue annelée est en forme de massue.

Longueur comprise entre 100 et 115 cm, pelage gris fauve ponctué de raies noires, gorge blanche, queue épaisse et velue, oreilles bases, impossible de le confondre avec l'espèce importée domestique.

Robuste et farouche, il est inapprivoisable.

Il se nourrit de rongeurs et de passereaux, de levrauts, de faisans et de coqs de bruyère, de faons de chevreuils.


Maintenant pour l'histoire du chat, le chat, de nos villes et campagnes, (Felis lybica).
Introduit en Italie par quelques soldats romains au retour d’Égypte en 30 avant J.-C., le chat est arrivé en France avec les troupes romaines au cours du premier siècle. Mais remontons d'abord à ses origines beaucoup plus lointains....

Cette espèce est le fruit d'une symbiose (entraide mutuellement bénéfique) entre l'homme et les quelques membres de l'espèce Felis sylvestre restés avec les êtres humains au nord de l'Afrique durant le repli de la période glaciaire (il y a autour de 13 000 ans).

Il s'agissait certainement d'individus trouvés lorsqu'ils étaient chatons égarés de leur nid, orphelins ou blessés que les humains ont protégés et nourris.

Vivants isolés de leurs congénères, et près de l'homme au fil des milliers d'années, des adaptations génétiques ont créé une espèce nouvelle, plus petite, d'un quart du poids de l'espèce d'origine, et avec un attirance inné pour l'espèce humaine.

Des archéologues ont retrouvé des ossements de chats à Jéricho dans un site humain de la période du Néolithique vieux de plus de 9000 ans.

Un squelette de chat daté de 6000 ans avant J.-C., (donc vieux de 8000 ans), a été déterré à Chypre, et cette île n'a jamais été habitée par des chats sauvages.

Des images datant de 5000 ans avant J.-C., d'une femme jouant avec des chats, ont été trouvées sur un site archéologique néolithique à Ankara, Turquie.

Felis lybica est officiellement faune africaine car il y est indigène, l’Égypte étant le berceau de l'espèce, mais même en Égypte elle ne vit qu'auprès des humains.

Cette espèce n'est donc même pas un animal sauvage dans son pays d'origine, elle n'a jamais existé indépendamment de l'homme.

Les chats étaient idolâtrés par les Nubiens dont la civilisation date de 3100 av J.-C. et était située en Égypte.

Les représentations détaillées figurent dans de nombreuses peintures égyptiennes avec un pelage brun roux, tigré, ocellé ou pointillé, de grandes oreilles et le corps gracieux et élancé.

Lorsque les Égyptiens ont commencé à cultiver le long de la vallée du Nil, il y a 4000 ans, (début de l'agriculture et du stockage de grains) la présence des chats protégeait les précieuses récoltes dont la vie des fermiers dépendait.

Ainsi, les humains ont apprécié encore plus la compagnie des petits félins qui jouaient à la lumière du feu.

A partir de 1600 ans avant J.-C., les marins égyptiens qui emportaient des chats sur leurs bateaux pour protéger leurs réserves et leurs marchandises, ont donné quelques chatons lors des étapes commerciales en Orient, en Asie, Crête et des îles grecques.

Les premiers possesseurs européens n'étaient que quelques riches citoyens vivant en Grèce, en Crète et en Italie.

Le chat devint un animal sacré en Égypte à partir de 1567 ans avant J.-C. et il était déclaré illégal de sortir un chat d’Égypte.

Les Égyptiens voyaient en lui l'incarnation de la déesse Bastet, à tête de chat, associée au soleil, la prospérité, le bien-être et les plaisirs de la vie : sexualité, sérénité, fidélité, musique, danse, amour.

Lorsque les gens désiraient obtenir une faveur de la déesse Bastet, ils apportaient les meilleurs poissons en offrande à ses représentants terrestres, les chats.

A la mort d'un chat, son corps était momifié, puis enterré dans des tombeaux pour chats.

On a retrouvé des milliers de ces momies.

Plus que 300 000 furent découverts lorsque la momie Beni-Hassan a été trouvée par les archéologues au dix-neuvième siècle.

Tuer un chat était un crime grave, puni par la mort.

En 1000 ans avant J.-C., en Chine, le chat était considéré comme animal de compagnie par la dynastie des Han.

Plusieurs fables écrites par Aesop (Esope) en Grèce, concernent des chats.

Aesop est mort en 546 ans avant J.-C.

En Crête, environ 500 ans avant J.-C., une fresque représentant un chat a été créée à Hagia Triado, et nombre de terracottas (vases en terre cuite) en forme de chats ont été trouvées dans de nombreux endroits de cette île.

Par l'an 500 avant J.-C., les chats sont devenus communs en Chine.

Les récits de l'époque montrent qu'ils étaient estimés et choyés dans toute l'Asie car ils protégeaient les cocons de soie, et la compagnie d'un chat portait chance à son maître.

Le chat est arrivé en Inde depuis 200 ans avant J.-C.

Quelques chats étaient emmenés en bateau de l'Inde vers l’Éthiopie.

(Puis, beaucoup plus tard, en 1868, quelques spécimens de ces chats isolés en Éthiopie, furent transportés en Angleterre, et en 1896, les "chats d'Ethiopie" furent enregistrés comme une race : l'Abyssin.)

En 30 avant J.-C., l’Égypte est devenue une province de l'empire Romain.

Les soldats romains rentrant en Italie en permission, prenaient un chat pour l'offrir à leur famille.

Les œuvres d'art italiennes montrent bien que les Italiens appréciaient beaucoup ces cadeaux exotiques.

Mosaïques, poterie, fresques et littérature décrivent les chats comme des compagnons de la famille.

Il est dit que l'enfant Jésus a été calmé par une chatte qui s'est couchée à son côté.

Le ronron et la chaleureuse présence du chat ont bercé l'enfant qui s'est endormi tranquillement.

Dans la petite ville de Pompéi, ensevelie en l'an 79, un des corps déterrés des cendres volcaniques est celui d'une femme tenant le corps d'un chat dans ses bras.

Les chats ont été portés vers le nord avec l'empire romain.

Apporté par les Romains, le chat est arrivé en France durant le premier siècle.

Les empreintes de pattes de chats sont visibles sur les carrelages romains à Silchester, en Angleterre.

De toute évidence, les chats des Romains se sont amusés à marcher sur les carrelages en production et les Romains n'ont pas rechigné à employer les carrelages ainsi "signés".

Howell the Good (Howell le Bon), un roi du pays de Galles au premier siècle, a conçu des lois pour protéger le chat dans son pays en leur déclarant une valeur qui augmentait si le chat attrapait une souris.

Le prophète Mahomet (570-632), fondateur de l'Islam, préféra laisser son manteau plutôt que de réveiller le chat qui dormait dessus.

Des chats parvinrent à l'île du Japon en l'an 1000, cadeau de l'empereur Ichijo de Corée, pour protéger les manuscrits.

Et en 1300, l'empereur de Chine a lui aussi donné quelques chats à l'empereur japonais.

Les chats furent adoptés et choyés par la noblesse en Japon, puis peu à peu, ils devinrent communs dans toute la société, porteurs de bonheur et de bonne fortune.

Ils étaient promenés en harnais de soie, et ne sortaient pas dehors sauf en harnais et laisse de soie, car on les estimait précieux.

Le Moyen Age (476 - 1453) a vu, en Europe, les chats tomber en défaveur lorsque l'église Romaine a accusé de sorcellerie les païens et cathares qui ne se convertissaient pas à sa religion.

Il était jugé comme un crime capital de ne pas se plier au nouveau dogme romain.

Les natifs n'avaient pas d'intérêt pour cette dictature despotique déclarée "religion" par les nouveaux envahisseurs.

Jésus Christ n'aurait jamais dit de brûler les "sorciers" ni leurs chats ! Car il possédait lucidité et compassion.

Arrivant de l'Asie les bateau des marchands apportaient la peste (transmis par éternuements) à l'Europe en 1347, (et certainement d'autres infections chaque année). Cette maladie a sévi en Europe de 1347 à 1354 dans les populations citadines car leurs systèmes-immunitaires étaient affaiblis par l'insalubrité des très nombreuses petites villes de l'époque.

Mais, ne connaissant pas encore l’existence des résistances internes, les peuples cherchaient des boucs émissaires pour s'expliquer le fléau, et s'attaquaient à les personnes “mystérieusement” résistantes (les personnes qui se nourrissaient de plantes sauvages).

Des milliers de femmes célibataires étaient accusées de sorcellerie, noyées ou brûlées vives avec leurs chats.

Les dirigeants de la secte catholique ne supportaient pas que les chats fussent une source de bonheur et d'équilibre émotionnel, car l'église voulait faire croire qu'elle pouvait assurer bonheur et santé à condition d'obéissance à l'église.

Hypocrites, ces religieux ne se privaient pas des bienfaits des chats vivant avec eux !

Un édit des autorités ecclésiastiques permettait la présence de chats dans les couvents de nonnes et de moines lors des épidémies de peste !

Ils profitaient de cette source de bien-être et de la protection offerte contre la peste par la présence reposante de chats.

En dehors des couvents, ils permettaient la continuation des tueries et persécutions de cet animal bienfaisant.

Le chat a été pratiquement éliminé en Europe au 14e siècle.

Mais ensuite, à cause de la manque de bonheur et tranquillité qu'apporte la présence de chats ou la manque de personnes connaissant les vertus fortifiant des plantes sauvages, d'autres épidémies de “peste” ont pu tuer le tiers de la population humaine d'Europe.

En 1494 le pope Innocent III a ordonné que toute personne déclarant aimer des chats soit accusée de sorcellerie et brûlée.

La chasse aux “sourcières” a duré 300 ans.

Dans les mémoires du poète Joachim du Bellay (mort en 1560), on trouve des cris du cœur d'un amoureux des chats qui vient de perdre son compagnon.

La citation suivante est extraite des tribunaux de la chasse aux sorciers du 17ème siècle : "Il lui a dit qu'il la croyait être une sorcière car mécontente elle lui a dit qu'un diable féminin viendrait sous peu l'emporter, et que la nuit suivante un chat est venu à la fenêtre de sa chambre, puis est sorti sur son lit, s'est installé sur lui près de son cou.

Il a eu l'impression d'étouffer, il a crié implorant l'aide de Dieu et le chat apeuré a pris la fuite."

La dernière épidémie de peste à Londres, est survenue en 1665 à la suite de la dernière destruction massive de chats dans cette ville.

Les personnes qui ont survécu à l'épidémie sont celles qui avaient accueilli des chats et les ont protégés à l'intérieur des maisons.

La chasse aux "sorcières" en France a été officiellement abolie durant les années 1790, ville par ville.

Alors, plus rien n'empêchait les amoureux des chats de déclarer leur passion, et le chat a repris son statut de compagnon bienfaisant.

Et, il n'y a pas eu d'autre épidémie de peste en Europe depuis.

La “peste” n'existe actuellement qu'en Inde où la densité de chiens errants est si forte qu'il n'y a pas de chats.

Le chat a inspiré des peintres, ex. Edouard Manet, Félix Valloton (1865-1925), George Stubbs, Pierre Auguste Renoir (1841-1919), Amédée Daille (1896-1965), des sculpteurs, des écrivains ex. Colette (1873-1954), Champfleury, Mérimée, Rostand, Vian, Jean Cocteau, Steinlen, Victor Hugo, Théophile Gautier, Bathus, Leonor Fini et Baudelaire (né en 1821), et des musiciens ex. Domenico Scarlatti (1685-1757 dont le chat Pulcinella a composé La Fugue du Chat sur le clavecin de son maître), Maurice Ravel (1875-1937).

La consanguinité était inévitable vu le petit nombre initial de chats se trouvant en chaque ville.

Cela a engendré des mutations accentuant une couleur, ou la longueur des poils, la couleur des yeux, les déformations de la colonne vertébrale, des oreilles ou du nez.

Le premier Manx, (nom donné aux chats avec des déformations dorsales et sans queue), est apparu sur l'île de Man en 1600 à la suite d'une mutation génétique spontanée au sein de la petite population féline locale.

Les premiers chats polydactyles connus, sont nés sur un bateau d'émigrants arrivant à Boston vers 1605 au comté de Cornouailles.

L'homme a voulu dominer ces particularités locales.

Le strabisme ou yeux louchant de certaines lignées de Siamois est un triste témoignage du consanguinité encouragé par les hommes.

À partir de 1860, des chats ayant certaines caractéristiques génétiques particulières devinrent des "chats de race" : le Persan venu de Perse (Iran), l'Angora venu d'Ankara en Anatolie (Turquie) avec les marchands italiens depuis 1630, le Turc de Van venu d'Arménie (Kurdistan), le Bleu russe du port d'Arkhangelsk, le Siamois (dont la particularité est d'être clair sauf sur le tête, la queue, et les pattes) est apparu 200 ans avant J.-C. en Siam (Thaïlande) et a été enregistré comme une "race" en 1880, le Bobtail de l'île du Japon.

Un autre exemple de mutation génétique est la nudité de trois chatons issus d'une portée née en Ontario en 1978.

Un homme en vacances a pris les chatons et a reproduit cette déformation délibérément par élevage incestueux.

Les chats bleus, venu des montagnes syriennes durant les croisades du Moyen Age, étaient nommés "Chartreux" par les Parisiens au XVème siècle à cause de leur ressemblance avec une douce laine (de mouton ou de chèvre) importée d'Espagne sous le nom de "pile de Chartreux".

Ce nom leur a été accordé officiellement en 1928.

En 1941, le ministre anglais de la nourriture a annoncé que "les chats faisant un travail d'importance nationale" méritent d'être nourris et soignés.

Le travail était de protéger les stocks de nourriture des rongeurs.

En Angleterre une maison sur deux a au moins un chat.

Les chats sont depuis longtemps revenus à leur statut de porte-bonheur.

On associe toujours les chats noirs à Halloween et aux sorcières dans les histoires pour enfants, mais cela en tant que personnages bienveillants.

Tous ces chats qu'ils soient avec ou sans "pedigree", qu'ils vivent dans une maison ou à la rue, qu'ils soient choyés ou à l'abandon, ils descendent de cette espèce qui a vu le jour au nord-est de l'Afrique, Felis lybica domestica.

Tous les membres de cette espèce restent instinctivement proches des habitations humaines à la recherche de chaleur et de nourriture.

De nos jours, en France, un ménage sur quatre possède au moins un chat, 10 % des maîtres vivent avec trois chats ou plus.

Actuellement, chaque année, des millions de chatons sont adoptés puis, après quelques mois, abandonnés dans les refuges ou dehors.

Cette situation dramatique est due aux maîtres qui n'ont pas fait stériliser les chats qu'ils nourrissent.

Beaucoup sont tués par les blasés de la route qui ne veulent lever le pieds quand ils voient un chat près d'une route.

Voilà pourquoi il est indispensable de faire stériliser les chats que vous voyez avant qu'une autre portée ne naisse.

La stérilisation est bénéfique à la santé des chats.

Cette opération sûre et sans douleur se fait sous anesthésie générale.

Les chattes peuvent être stérilisées à quatre mois avec les équipements médicaux ultra modernes, sinon à six mois.

La pilule et la piqûre contraceptives pour chattes ont des effets secondaires graves, déprime, fragilisation utérine aux infections, cancer des mamelles.

La densité des chats errants en France est plus élevée que jamais.

Les faire stériliser est donc essentiel !

Si vous connaissez un lieu où il y a des chats dehors, envoyez un émail à foyerfelin@gmail.com , ou trouvez les personnes qui les nourrissent, trouvez un vétérinaire qui stérilise les chats de dehors à petit tarif, faites-vous prêter des cages de capture-transport ou en achetez, et lorsque vous avez un besoin d'assistance précis sollicitez une association de proximité ou Jardins félins.

Rubriques complémentaires Errant, Chalet-chats, Jardin, Education, Présentation de Jardins félins, Humanitaire.

ORTIE :

Un gramme de poudre de jeunes feuilles d'ortie contient 30 mg de calcium, 7 mg de phosphore, 6 mg de magnésium, 35 mg de potassium.
Voir Holistique, Plantes, Kidney insuffisance.

OTHEMATOME :

Voir Oreille gonflée.

OS :

Voir Santé humaine, ou la page Nutrition.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W Y