ENGLISH
ENTRY

Partager


« Chats errants ou d'élevage clindestin »

Guide pratique pour les maires, élus, citoyens nourrisseurs, refuges, et pour créer une association adaptée.

livre papier : 3,99 €

livre électronique : 2,99 €

livre électronique : 2,99 €

Assistance chats errants

Ce site à votre service(Chapitre I)
SYMPTOMES et Choix de vétérinaire (Chapitre II)
Statuts pour créer une association
L'association Jardins félins
Liens d'assos de proximité
Que faire des chats ?

NOUS AIDER

Adhérer
Devenir bénévole
Etre famille d'accueil
Les chats à parrainer

ADOPTER

A lire pour se préparer
La visite à domicile
L'attestation du nouveau maitre

CONSEILS

Intégration
Comportement
Santé des chats
Santé humaine
Soins courants
Dangers

Jardins félins Contact : foyerfelin@gmail.com

L'association Jardins félins renseigne de façon gratuit et neutre concernant les chats, à savoir :

# éloigner les chats errants d'un jardin si leur présence n'est pas apprécié ;

# rends un jardin attrayant aux chats si les chats errants y sont les bienvenus ;

# clôturer leurs jardins ;

# comprendre et soigner les chats, les pacifier et les rehabiliter rapidement sans effet secondaire nocive ;

# être Contact bénévole d'une association auprès d'une fourrière afin de faire l'accueil de chats pour les sauver (les fourrières peuvent céder sans frais à une association les chats en fin de garde légale, au lieu de les tuer) ;

# effectuer la stérilisation des chats errants dans leur commune avec les autorisations nécessaires pour que le maire soit au courant de l'action et demande aux citoyens de coopèrer avec les bénévoles afin que l'action soit efficace.

# amenager un abri de jardin pour les chats errants, ( plan détaillé de montage avec conseils pour l'entretien) ;


Etant une association à but non lucratif Jardins félins demande aux vétérinaires un tarif associatif de 50% pour les chats secourus.


Le but de cette association est de remédier agréablement tout souci de chats errants et de chatons non désirés, et de promouvoir tout politique favorable aux chats et donc à la civilisation.

La définition légale d'un chat errant est un qui n'a pas un numéro d'identité enregistré au fichier félin national avec le nom du maître à contacter.

Il est illégale de tuer ou faire souffrir un chat errant, errant ou pas, un chat est toujours un animale domestique, c'est une espèce domestique.

Les chats et leurs amis savent que le bonheur est de rendre heureux ceux qui vous aiment.

VERITES SANTE : Aujourd’hui, après cent ans d'errance dans une culte "médicale" soutenue par les espoirs de vaincre les « maladies » dans des corps malsains, nous voilà face à la réalité qui nous rattrape, car la nature prend toujours sa revanche !

Il est inutile de « diagnostiquer » une « maladie », nous ne sommes pas faits de pièces détachées ! Ni de parties en bonne santé pendant que d'autres parties « tombent » malades.

Le corps est déjà malade lorsque les premiers symptômes apparaissent. Il est fatigué, endommagé, mal nourrit, déshydraté, acidifié, empoisonné, déstabilisé par la perte de sa flore intestinale, la manque d'amour du vivant, l'usage de drogues licites comme l'inhalation de fumées ou l’absorption de « médicaments » (artificiels, de substances synthétiques) vendus pour entretenir les « maladies » (inventées pour qu'on aille peur de nos symptômes qui sont des réactions bien fondées de nos corps dépravés de plantes nutritives et du tranquillité qu'ils ont besoin).

Nous n'avons pas une nouvelle « maladie » lors de nouveaux symptômes, c'est le même corps avec les mêmes besoins inassouvis dont le déficit à combler est grandissant.

D'entre les microbes ambiants, ceux qui sont pathophiles vont pouvoir proliférer dans les cellules affaiblis du corps malade, et c’est ensuite que les symptômes apparaîtront.

S'il y un symptôme associé au système le plus faible d'un individu, c'est tout de même le corps entier qui est malade, bien avant que ces premiers symptômes apparaissent, parce que les ressources internes sont partagées.

Tout les systèmes doivent fonctionner au minima et au ralenti et le corps entier s'affaiblisse.

Que la santé prend la bonne direction ou la mauvaise depends de l'état émotive, positive ou négative, joie ou tristesse, amour ou peur, élégance ou colère.
Les symptômes abordés par la « médecine » allopathique dépendent des soucis exprimés par l'individu selon les peurs instigués en lui par les médecins généralistes qui tirent profit de leur activité de pousseurs des drogues légales qui sont les « médicaments » artificiels destinés à maintenir l'état malade du corps en déformant les symptômes pour qu'on puisse les ignorer.

Entre-temps d'autres symptômes sont ignorés, considérés insignifiants, alors qu'ils indiqueraient les changement nécessaires dans la vie et la nutrition de l'individu pour soigner sa santé.

Les microbes pathophiles prolifèrent dans le milieu propice qu’est un corps affaibli par la perte de sa flore bactérienne, et un système-immunitaire diminué par des traumatismes, des souffrances émotionnelles, une nutrition médiocre à cause de l’industrialisation des aliments dénaturés, précuits, congelés ou chargés de sucre.

Lorsque les ressources ne peuvent plus être dispatchées pour pallier à toutes les fonctions vitales, une partie du corps présente une insuffisance et des symptômes, mais c’est déjà l’ensemble du corps qui est proche du « gouffre ».

Les déchets, produits par ces microbes pathophiles, empoisonnent le corps car il n'a plus les ressources pour neutraliser et évacuer des toxines.

Pour pallier, et éloigner les toxines des organes vitales, le corps stocke ces toxines dans les graisses.

Pour s'en sortir, le corps a besoin de soutien nutritionnel compensatrice, des plantes hautement nutritives, (à sélectionner selon leur disponibilité et les connaissances des actions bénéfiques de chaque plante pour soigner les faiblesses et symptômes présentes chez l'individu).

Inutile donc de traiter une partie du corps sans le soigner dans son intégralité, y compris les émotions et l'alimentation nutritionnelle.

Chaque individu a un ensemble de besoins nutritionnels pour se restaurer, quelque peu différent du voisin, ou d'autres membres de sa famille, mais dans tous les cas les aliments denses en nutriments doivent être privilégiés (de cultures « bio » et les plantes sauvages rustiques).

Sans une alimentation naturelle permettant l'assimilation de nutriments dont il a besoin, le corps accumule les déchets acides de sa métabolisme normale et ne peut se réparer ni neutraliser les agressions.

(Chez l'humain par exemple, beaucoup de personnes, sans le savoir, ne peuvent pas digérer la viande, le blé ou le lait, ni les fruits acides.)

Les aliments industriels sont à éliminer dans tous les cas, les « médicaments » artificiels aussi.

Chaque médicament est retiré du marché quand il y a eu suffisamment de plaintes enregistrés concernant ses effets nocives.

Si vous traitez une partie du corps par la violence chimique (« médicaments » synthétiques) ou physique (chirurgie), d’autres symptômes apparaîtront soit au même endroit ou ailleurs dans le corps, affectant même les émotions, créant ainsi un cercle vicieux de dégradation.

Les plantes n'ont pas les dangers des « médicaments » synthétiques. Aussi si les plantes préparées pour un chat sont mangées par un autre, il n'y a aucun danger. Elles ne feront que du bien à celui qui les mange.

Nous n'avons pas une nouvelle "maladie" lors de nouveaux symptômes, c'est le même corps, mais le gouffre des déficiences grandit alors davantage de systèmes sont en déficience.

Si un des besoins de base est manquant, elle est a adresser en premier lieu dont à vérifier : hydratation, chauffage, alimentation saine, sécurité physique et émotionnelle.

Quelque soient les symptômes d'un corps malade, la rétablissement de sa santé passe par une nutrition, l'accueil et l'amour.

Les symptômes sont différent selon la personne et la retour à la santé est toujours selon la personne, pas selon une "maladie".

Voir de bonnes nourritures bio pour votre santé aussi, en passant toujours par ce lien de référant, merci (cliquez ici).